La Saponification à froid

Le procédé de fabrication que j’utilise est la saponification à froid. J’ai choisi cette méthode car elle préserve les qualités des huiles utilisées et produit un savon très doux pour la peau et respectueux de l’environnement. De plus, ce procédé est réalisable facilement dans sa cuisine par exemple, pas besoin de machines encombrantes et onéreuses. Elle est à la portée de tous, avec quand même quelques précautions à respecter à cause de l’utilisation de la soude caustique (NaOH).

Voici comment je procède:

  • Tout d’abord, je pèse minutieusement les huiles végétales (et/ou beurres), l’eau et la soude.
  • Je prépare ensuite ma lessive en versant la soude dans l’eau (on peut remplacer l’eau par une infusion de plantes, du jus de fruit, du lait, …). et c’est là que toutes les précautions sont à prendre: masque, gants, lunette et blouse! Cette solution est exothermique, c’est-à-dire qu’elle dégage de la chaleur: la température peut monter jusqu’à 110°! Elle est mise  de côté pendant qu’elle refroidie.
  • Pendant ce temps, je mets les beurres à fondre en veillant à ce que la température ne dépasse pas 40°C pour ne pas dénaturer les propriétés des acides gras. J’ajoute ensuite les huiles liquides.
  • Lorsque les 2 mélanges sont à même t° (~30°C), j’introduis la solution de soude dans les huiles. Il faut bien mélanger à l’aide d’un fouet pour que toutes les molécules entrent en contact. L’utilisation du mixeur peut-être une aide précieuse pour accélérer la saponification (en particulier avec une pâte composée uniquement d’huile d’olive par ex).
  • au bout de quelques minutes (temps variable selon les huiles/beurres utilisés), le mélange va commencer à s’épaissir: c’est la « trace ». A ce moment là, je sais que la saponification à bien commencer son œuvre.
  • Je peux alors ajouter d’autres ingrédients pour enrichir le savon: huiles végétales précieuses, huiles essentielles, graines, plantes, argiles…
  • Un dernier coup de fouet pour homogénéiser le tout et je verse dans les moules.
  • Il faut isoler les moules (film plastique, couvertures, glacière…) pour conserver la chaleur dégagée pendant tout le processus. La pâte va rester 24H min. au repos. Ce temps permet à la saponification de se poursuivre et le savon durcit.
  • le savon est ensuite démoulé, coupé et mis en cure pendant 4 semaines min. (la saponification se termine lentement, ils sèchent).

Dans la fabrication industrielle, le mélange est cuit plusieurs heures, voir plusieurs jours pour accélérer la saponification, puis la pâte est lavée à l’eau salée pour retirer l’excès de soude et la glycérine (qui est revendue séparément pour sa valeur marchande et est parfois réintroduite dans le savon!!). La saponification est terminée, il n’y a pas de cure, les savons sont mis à sécher.

La plupart des savons du commerce sont issus de fabrication semi-industrielle, y compris ceux souvent estampillés savon « artisanal », « naturel » … Pourquoi? Parce que certains « savonniers » sont en fait des transformateurs de savon: ils utilisent une base de savon industrielle (sous forme de bondillons) à laquelle ils ajoutent « artisanalement » différents additifs: colorants, parfums, plantes, glycérine, conservateur, … Ils ne pratiquent pas la saponification.

Les avantages de la saponification à froid.
  • Le choix des matières premières.

Le gros avantage de saponifier à froid, c’est de choisir les huiles/beurres de base. En effet selon les acides gras employés, le savon aura des propriétés différentes: dureté, pouvoir moussant, émollient… Dans l’industrie, les savons sont majoritairement fait à base d’huile de coco et de palme pour des raisons économiques: les savons sont bien durs, moussent bien et ne sont pas cher à produire. Par contre ils peuvent être irritant et dessèchent la peau.

  • Des savons surgras.

Le fait de calculer précisément les quantités de soude et d’huiles permet de choisir le pourcentage d’huile qui ne sera pas (totalement) transformé en savon. Un savon surgras à 8% signifie que 8% des huiles seront présentes comme telles dans le savon. On peut choisir de surgraisser avec les huiles de base (on met moins de soude que nécessaire pour tout transformer) ou de rajouter une huile végétale à la trace, ou bien les 2. Le surgraissage permet de protéger et nourrir la peau.

  • La glycérine.

Elle est naturellement formée lors de la saponification, et donc présente dans les savons à hauteur de plus ou moins 8% selon les huiles utilisées. Elle apporte une hydratation et un confort de la peau.

  • Que du naturel.

La plupart des savonniers à froid utilisent uniquement des ingrédients naturels (et bio): huiles végétales, huiles essentielles, plantes, argiles… ce qui en font des savons sains, biodégradables et doux pour la peau. Les savons industriels contiennent (trop) souvent des conservateurs, colorants et parfums de synthèse, huiles minérales, EDTA… qui provoquent allergies, maladies de peau, dégradation de l’environnement…

Conclusion: lisez bien vos étiquettes!!

Comment reconnaître un savon fabriqué à froid?

Généralement, le plus simple est de le demander. Le savonnier, s’il procède à la saponification à froid, ne s’en cache pas, bien au contraire, il se fera un plaisir de vous le dire et de vous en expliquer les nombreux avantages. Le procédé est également inscrit sur les étiquettes.

Attention, certains parlent de pressage à froid… ce n’est pas la même chose, il s’agit du procédé semi-industriel décrit plus haut. Vous pouvez ainsi demander si le savonnier procède lui-même à la saponification, si c’est oui et à froid, c’est gagné, vous vous trouvez devant de bons savons hydratants; si c’est non, ou si il vous répond à côté, fuyez !! 😉

  • Digg
  • Del.icio.us
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • Twitter
  • RSS